Mon projet

Pourquoi ce voyage ?

 

Un trauma crânien léger (TCC léger), une commotion cérébrale, un syndrome post-commotion…
Tant de noms qui ne veulent rien dire lorsque la détresse et les séquelles invisibles pèsent sur une personne qui auparavant fonctionnait librement.
Les émotions s’embrouillent, le corps ne suit plus et par honte d’être devenu ainsi, nous nous éloignons des autres.

Pour ma part, j’ai réussi avec l’amour et la compréhension de mes proches et ma joie de vivre, à redevenir fonctionnelle émotionnellement et physiquement.
Je me suis réhabilitée à environ 80%. Quelques séquelles sont encore présentes. Je vis avec elles, fièrement, et je m’efforce jour après jour de les apprivoiser.

Cette traversée, c’est un voyage obligé vers le retour à ma santé, vers la résilience personnelle, vers les gens et leurs propres espoirs…

Maintenant, donner au suivant !

logo organisme Répit Jeunesse

Je veux réaliser ce défi, non seulement pour moi, mais aussi pour amasser des dons pour Répit-Jeunesse. Un organisme communautaire qui vient en aide à une clientèle diverse ayant des problématiques d’ordre social, mental, de toxicomanie, d’itinérance, de décrochage scolaire et plus encore.

Cela me touche beaucoup, car ce n’est pas évident de vivre avec une problématique invisible aux yeux de tous et qui est encore tabou aujourd’hui.

Je désire donc amasser des dons pour sensibiliser les gens et aider ceux qui se retrouvent à la rue. L’itinérance touche souvent des gens intéressants, talentueux, qui ont subi un choc ou qui sont aux prises avec des problématiques d’ordre mental.

Faites un don !

Le but : atteindre 15 000$ en dons.
Dons qui serviront à créer l’emplacement d’une douche et d’une buanderie pour les besoins de la clientèle desservie par Répit Jeunesse.

Leur mission : 
Chez Répit-Jeunesse, ils consacrent toutes leurs énergies à briser le cycle de l’exclusion en bâtissant des liens de confiance avec les personnes exclues ou à risque, pour leur permettre de renouer avec la société et d’y contribuer. Ils rejoignent les personnes exclues ou à risque grâce à leur équipe de travailleurs de rue et de milieu;  c’est là leur compétence fondamentale. Chez Répit Jeunesse, ils croient en un monde ou chaque humain est considéré.

Julie et son sac à dos
Ma maison sur le dos, arrivée à Phoenix, Arizona.

De tous les voyages que j’ai faits, celui-ci sera un pèlerinage mettant à l’épreuve tout ce que j’ai appris sur moi-même pendant ces trois dernières années. Un défi intense vous me dites ? Eh oui…
À l’image des défis que nous devons affronter et que nous devons surpasser lorsque nous sommes dans un moment de maladie physique, de choc émotionnel, de maladie mentale ou de problématiques de toxicomanie.

Et c’est ici, sur ce site, que vous pourrez suivre l’évolution de mon périple, de mes journées, de mes paysages intérieurs et ceux défilants sous ma bécane…
Je vais communiquer avec vous via ce site et son blogue.
Alors ajoutez-moi à vos sites favoris !

Itinéraire de la traversée en vélo

Mon itinéraire :

Dès le début mars 2021, départ en avion de Montréal vers Vancouver.
Les premières semaines je profiterai du temps doux de la côte ouest de la Colombie-Britanique et je prendrai la route sur mon vélo pour l’île de Vancouver et quelques plus petites îles aux alentours; question de me dégourdir avant le grand départ et de laisser le temps froid s’adoucir ailleurs au Canada.

Puis, selon la température je partirai vers Kegaska (QC), tout en passant par Jasper (AB), les grandes plaines (SK-MB) et le nord des Grands Lacs (ON); la Côte-Nord du Québec m’attendra au début de l’été. Arrivée au bout de la route 138 à Kegaska, je prendrai le traversier jusqu’à Blanc-Sablon.
Je passerai quelques jours sur la côte du Labrador avant de traverser vers Terre-Neuve. Puis, Sainte-Barbe et Argentia (TN) m’attendront tout en longeant la côte le plus possible et je ferai un bel arrêt de quelques jours à Saint-John (TN).
Je traverserai vers la Nouvelle-Écosse et sa fameuse Cabot Trail pour ensuite prendre un traversier vers l’île du Prince Édouard.
Il me restera à revenir sur la terre ferme et à longer la côte est du Nouveau-Brunswick vers le Québec. Si la température est bonne et que je me trouve encore un peu d’énergie, je vais faire le tour de la Gaspésie en revenant vers Montréal.

Ce sera un voyage fantastique ! Et j’aurai des cuisses d’enfer !